Moins de chimie dans votre corps grâce aux cosmétiques bio

Nadine Fabréga

Directrice scientifique des Laboratoires PHYT’S

Le 24 mai 2016

Entre soins pour le corps et maquillage, les femmes utilisent une douzaine de produits cosmétiques chaque jour, soit deux fois plus que les hommes. Cette consommation les expose à bon nombre de perturbateurs endocriniens, nocifs pour l’organisme. Heureusement, il est possible de continuer à utiliser des produits cosmétiques tout en préservant sa santé… La clé ? Les cosmétiques bio ! Une récente étude révèle qu’en quelques jours à peine d’utilisation de cosmétiques bio (et de suppression des cosmétiques « classiques »), le taux de substances potentiellement toxiques chute significativement.

Comment les cosmétiques peuvent-ils « polluer » l’organisme

Souvent mal aimés, les pores de la peau sont pourtant bien utiles : ils permettent au corps de respirer et de réguler sa température grâce, notamment, à la transpiration. Mais ces pores font également de la peau une véritable « éponge » : si certaines molécules sont bien trop grosses pour y pénétrer, d’autres peuvent facilement passer au travers et se retrouvent alors en liberté dans l’organisme.

Ainsi, chaque produit entrant en contact avec la peau est susceptible d’y pénétrer. Une aubaine pour les perturbateurs endocriniens, petites molécules qui entrent dans la composition d’un grand nombre de cosmétiques…

Les perturbateurs endocriniens, quèsaco ?

En effet, lorsqu’ils ne sont pas bio, la plupart des cosmétiques contiennent des quantités non négligeables de perturbateurs endocriniens tels que les phtalates (que l’on retrouve dans les parfums), les parabens (présents dans de nombreux shampoings), le triclosan (dans certains savons antibactériens) et l’oxybenzone. Les perturbateurs endocriniens sont des molécules particulièrement petites, ce qui leur permet de passer aisément à travers les pores de la peau et, ainsi, d’atteindre l’organisme. Les perturbateurs endocriniens influent directement sur la régulation des hormones, ce qui peut provoquer des troubles de la thyroïde, de la puberté et de la fécondité.

C’est prouvé ! Les cosmétiques bio, l’alternative qui vous veut du bien

Néanmoins, pas de panique, il est possible de se faire belle tout en préservant sa santé.

En effet, une étude de l’université de Berkeley et de la Clinica de Salud del Valle de Salinas a demandé à une centaine de jeunes filles d’intégrer des cosmétiques bio dans leur routine quotidienne. Maquillage et produits d’hygiène corporelle inclus. Le verdict fut sans appel : après seulement trois jours d’utilisation de cosmétiques bio, les perturbateurs endocriniens contenus dans les urines des candidates ont radicalement chuté : –27 % de phtalates, –44 % de parabens et –36 % de triclosan et de benzophénone. La responsable de cette étude a d’ailleurs été tellement « choquée » par les résultats qu’elle a changé sa propre consommation de produits de beauté et a opté pour des cosmétiques bio !

moins de chimie dans le corps avec les cosmétiques bio

Sources :

Maherou, S. Norest & L. Ferrer. Les perturbateurs endocriniens, des substances toxiques http://www.asef-asso.fr/problematiques-emergentes/nos-syntheses/1553-les-perturbateurs-endocriniens-des-substances-toxiques-qui-nous-entourent-la-synthese-de-l-asef . 2015

Kim G. Harley, Katherine Kogut et al. Reducing Phthalate, Paraben, and Phenol Exposure from Personal Care Products in Adolescent Girls: Findings from the HERMOSA Intervention Study http://cerch.org/research-programs/hermosastudy/ . Environmental Health Perspectives, 2015.

PARTAGEZ

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *