Ingrédients conventionnels controversés en cosmétique : comment s’en passer ?

Nadine Fabréga

Directrice Scientifique des Laboratoires PHYT’S

Le 4 avril 2019

Depuis quelques années, nous savons qu’il n’est pas rare de trouver dans nos cosmétiques des ingrédients indésirables : certains, comme les parabens, ont été stigmatisés, d’autres non, et il n’est pas toujours facile pour le consommateur de s’y retrouver.
Je fais le point avec vous sur cinq grandes catégories d’ingrédients conventionnels controversés présentant des inconvénients suspectés ou avérés et je vous dévoile comment les Laboratoires Phyt’s ont réussi, depuis plus de 47 ans, à éviter leur emploi dans la composition de leurs cosmétiques.

Les émulsionnants et tensioactifs : leur version naturelle va plus loin

Les fameux PEG-, PPG- et le suffixe -eth (laureth-, laneth, etc.) permettent aux corps gras de la formule de s’émulsionner (se mélanger avec de l’eau pour créer une crème) ou de produire de la mousse.
On peut noter, dans leur process de fabrication, l’utilisation d’un gaz toxique, donc une production non écologique.
Chez Phyt’s, les émulsionnants et tensioactifs sont doux et issus de ressources renouvelables ; à partir d’huile de coprah, de colza, de sucre de betterave ou encore de canne à sucre.
Outre leurs fonctions premières, ils renforcent certaines propriétés : démaquillant, hydratant… Ainsi, chez Phyt’s, tous les ingrédients utilisés ont des actions bénéfiques pour la peau et, en prime, ils offrent une très bonne tolérance cutanée ainsi qu’une excellente biodégradabilité.

Les silicones : quand la sensorialité se fait aux dépens de la planète

Ce sont eux qui apportent un toucher velouté et non gras en cosmétique classique. Dans la liste INCI, on les repère sous différentes appellations se terminant le plus souvent en « xane » ou « thicone ».
Présents fréquemment en cosmétique, ils sont pourtant non biodégradables, et la nature mettra jusqu’à cent ans pour les dégrader ; certains sont même soupçonnés d’être des perturbateurs endocriniens.
Les émollients Phyt’s, qui permettent un toucher doux et agréable, sont issus de la nature et produits à partir d’huile de coco ou d’olive ; les huiles végétales (argan, sésame, avocat, jojoba) apportent, en sus de leur toucher doux, un effet nutritif à la peau grâce à leurs vitamines, antioxydants, acides gras essentiels…

Les conservateurs de synthèse : pas indispensables !

Parmi les conservateurs conventionnels, on trouve les fameux parabens qui peuvent provoquer des allergies cutanées et que l’on suspecte, pour certains, d’être des perturbateurs endocriniens.
On trouve également l’imprononçable phénoxyéthanol qui traverserait la barrière placentaire.
Chez Phyt’s, nous n’avons pas besoin de recourir à ce type de conservateurs de synthèse. La grande majorité de nos formules s’autoconservent grâce à un cocktail d’ingrédients issus de la nature (extraits d’anis, de romarin, de noix de coco…) et grâce à des emballages particulièrement protecteurs et étanches. Les délais d’utilisation après ouverture sont à respecter : pas besoin de garder sa crème de jour ouverte pendant un an dans son vanity !

Les sels d’aluminium : sentir bon mais à quel prix ?

Certains déodorants conventionnels contiennent des antibactériens qui perturbent l’équilibre hormonal ou certains sels d’aluminium qui, sous l’action de la sueur, peuvent libérer de l’aluminium, en particulier sur une peau lésée.
Cette fonction déodorante est remplie chez Phyt’s par la biofermentation d’acide citrique issu du maïs, une solution encore une fois 100 % végétale, écologique et sans impact sur la santé du consommateur.

Les filtres UV : entre coup de soleil et problèmes de thyroïde, faut-il vraiment choisir ?

On retrouve dans de nombreuses crèmes solaires, sticks à lèvres, etc., des filtres solaires organiques dont certains sont des perturbateurs endocriniens. Les Laboratoires Phyt’s utilisent des filtres minéraux à base d’oxyde de zinc et de dioxyde de titane sous forme NON nano, tout aussi efficaces.

Voilà pour ce tour d’horizon des ingrédients conventionnels à éviter et les quelques petits secrets des Laboratoires Phyt’s pour vous offrir des produits de grande qualité, sans ingrédients controversés.
Nous ne le répéterons jamais assez : fiez-vous aux labels (Cosmébio par exemple) et à la certification Bio qui garantit l’éthique et la conformité des produits à un engagement de respect de l’Homme et de la planète.

*crédit photo en tête : Y’s harmony – stock.adobe.com

PARTAGEZ

Commentaires

  • Bernelas
    Le 18 avril

    Très contente d’avoir des précisions sur des ingrédients à bannir.
    Merci d’avoir éclairé les zones d’ombres sur certaines cosmétiques soit disant bio.
    Valérie partenaire Phyt’s

    • Elodie
      Le 23 avril

      Merci pour votre commentaire encourageant ! Nous sommes ravies de vous avoir aidée à y voir plus clair.

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *